❤️ Déclaration d’amour ❤️

Depuis tout petit, j’ai toujours adoré la Fnac.

Jeune, j’habitais à Paris, dans le 17ème. J’aimais la musique, l’informatique, les films. Et à 100 mètres de chez moi, il y avait la fameuse Fnac des Ternes qui venait d’ouvrir (oui votre serviteur n’est plus tout jeune).

Et cette Fnac, elle a marqué ma jeunesse. J’y allais dès que je pouvais : écouter un CD, mater des films, voir les chaînes hifis, lire quelques bandes dessinées. Avec mes potes, naïfs, nous nous demandions comment la FNAC était rentable alors que tellement de personnes y passaient du temps sans consommer.

Et pourtant j’en ai acheté des objets à la Fnac. C’est grâce à la FNAC que j’ai découvert Jeff Buckley. et ce magnifique album « Grace ». C’est grâce à la FNAC que j’ai acheté ma première chaîne hifi, une Philips bon marché et que m’a servi longtemps. J’avais épluché en détail les magazines de la FNAC pour regarder leurs avis. À l’époque internet n’existait pas, et l’avis des experts de la FNAC, c’était la bible ! C’est grâce à la FNAC que j’avais emmené mon père acheter un des premiers écrans plats, un SONY. Notre tout premier ordinateur, avec David Douillet dessus, nous l’avions acheté à la FNAC.

En somme, tous les produits culturels et technologiques que nous possédions à la maison venaient de ce magasin. C’était le seul accès à la connaissance et à la technologie avant internet. Un bien de première nécessité.

Avant tout, j’aimais y écouter de la musique. La Fnac mettait à l’époque à disposition de ces clients, des bornes d’écoute permettant d’écouter des albums proposés par les vendeurs aux gilets marrons. Écoute illimitée. C’était l’occasion de découvrir des pépites. La bande son de Pulp Fiction, Basket Case de Green Day, l’album bleu de Weezer, Millin Collie and the Infinite Sadness des Smashing Pumpkins et bien sûr le Unplugged de Nirvana. Eux, je les ai achetés. En revanche, j’ai écouté plein d’artistes que je n’ai jamais achetés, mais que la Fnac m’a permis de découvrir toutefois : Sepultura, Lofofora, Ace of Base, Cesaria Evora. Sans oublier les concerts. La possibilité de voir la liste des concerts ! Je passais des heures scotchés devant la longue liste de noms de groupes qui me faisaient rêver et parfois je franchis le pas pour acheter des billets pour des groupes mémorables (Stones, Skunk Anansie, Oasis…).

La Fnac était donc pour moi un lieu formidable d’éveil de la curiosité culturelle, donnait l’envie de découvrir de nouvelles musiques, de nouveaux films, de nouvelles technologies, des bandes dessinées extraordinaires.

Alors pourquoi ce site ? Simplement parce que je souhaite rendre à la Fnac ce qui lui appartient et lui rendre un petit hommage à ma manière. En ces temps de mondialisation, et notamment face à Amazon, j’aime cette idée de défendre nos pépites françaises lorsqu’elles le méritent. C’est le cas de la FNAC. Ils se débattent pour survivre dans un monde de dumping, d’optimisation fiscale et ils y arrivent très bien.

À travers ce site, je souhaite vous faire connaître les différentes FNACs de France, la liste des Fnac à Paris, vous donner des actualités de l’entreprise (« Fnactus », beau titre !), vous raconter l’histoire de l’acronyme de la Fnac, vous proposer quelques promotions intéressantes, et aussi vous parler des produits phares de la FNAC, comment activer sa carte fnac, mais aussi quelques informations pratiques notamment pour vous aider à contacter la Fnac par email. Tout un programme.

Je suis certain que je ne suis pas tout seul à vivre cette histoire d’amour avec la Fnac. N’hésitez pas à me partager vos souvenirs, vos expériences sympas, vos questions, vos interrogations, je serai ravi des publier ou d’y répondre.

Vive la FNAC !